1 semaine – 1 style : La Synthpop

Dans 1 semaine – 1 style, nous avons déjà eu l’occasion d’explorer le monde de la musique électronique à travers l’Acid House et son univers underground. Aujourd’hui, intéressons nous à un sous-genre de l’électro qui revient en force depuis quelques années, la Synthpop !

Entre synthétiseurs d’un genre nouveau et boîte à rythmes tout à fait révolutionnaires, la Synthpop a, à la fin des années 70, fait naître la grande histoire de la musique électronique. Ces instruments, pour la plupart conçus dès le début des 70’s, ont d’abord été popularisé par le rock progressif dans une moindre mesure avant que certains groupes n’émergent avec l’envie de donner au synthétiseur et instruments de musique électronique ses plus grandes heures de gloire !

Image illustrative de l'article ARP 2600

 

 

 

 

 

Dès 1970, les sons électroniques se popularisent dans les studios d’enregistrement et les premières oeuvres « électros » se retrouvent dans les bandes originales de certains films avant-gardistes. Cette même année 1970 coïncide avec la création du groupe qui sera par la suite le précurseur de la Synthpop et de la musique électronique en général : Kraftwerk

Venu de la Ruhr, région industrielle d’Allemagne, Kraftwerk  furent les premiers à combiner des rythmiques électroniques avec des mélodies répétitives faites par synthétiseur, le tout agrémenté de paroles minimalistes et vocoderisées. Ce mélange connu un succès mondial avec l’album devenu culte « Autobahn » qui secoua le monde de la musique en 1974 !

Résultat de recherche d'images pour "autobahn kraftwerk"Résultat de recherche d'images pour "kraftwerk"

La Synthpop était née ! Les grandes évolutions technologiques de l’après-guerre ont fait muter la société à tel point que dans les 70’s, le monde allait connaitre la révolution de l’informatique, des transports… C’est dans ce contexte que la musique électronique est devenue un phénomène urbain et mondialisé qui représente une société nouvelle.

A l’aube des années 80, la Synthpop et ses synthétiseurs s’était donc installée durablement dans le paysage musical et allait influencé un grand nombre de jeunes groupes et artistes. Devenant beaucoup plus mainstream, la Synthpop va, grâce à de nouveaux musiciens, se mélanger à des rythmes populaires qui vont conquérir le monde ! Mixée à la pop et au rock, une nouvelle appellation va apparaître pour désigner cette musique : La New Wave  

C’est ainsi que des groupes comme Depeche Mode, The Cure, Erasure ou encore Indochine en France ont pu voir le jour.

Différents instruments électroniques

  • Le Séquenceur musical : Un outil capable d’enregistrer et exécuter une séquence de commandes permettant de contrôler un ensemble d’instruments. Le séquenceur ne produit aucun son par lui-même mais sert à automatiser l’exécution d’une séquence musicale.

 

  • La Boite à rythmes : Un instrument électronique produisant des rythmes de batteries et de plusieurs percussions. Les premières ne pouvait que générer des rythmes préprogrammés alors que celles d’aujourd’hui permettent de créer ses propres rythmiques grâce à des séquenceurs intégrés.
Le séquenceur Yamaha QY10
La boîte à rythme Roland TR-808

A notre époque, il est important de prendre conscience que toutes les musiques électroniques que nous « consommons » aujourd’hui (dancehall, dub, eurodance, electro-pop…) sont des descendantes des premiers morceaux composés grâce à des synthétiseurs. La Synthpop représente donc l’élément déclencheur d’une révolution culturelle qui a changé à jamais la musique et sa composition !

Ainsi, on peut observer que, depuis quelques temps, une nouvelle génération d’artistes électroniques semble redécouvrir les sonorités des années 70-80 qui ont transcendé les foules. La New Retro Wave est un style récent qui a su plaire au public grâce à une esthétique différente et la ChipTune met en avant des sons synthétisés en temps réel crées par ordinateur ou par la puce audio d’une console de jeu.

La Playlist Synthpop

Kraftwerk – Trans europe express (1977)

Kraftwerk – Autobahn (1974)

Giorgio Moroder – From Here To Eternity (1977)

New Order – Blue Monday (1983)

Depeche Mode – Just Can’t Get Enough (1981)

Telex – Moskow Diskow (1979)

Pour finir, rappelez vous que c’est grâce à ces premiers morceaux purement électroniques que certains de vos morceaux préférés existent aujourd’hui. Un progrès constant de presque 40 ans qui a fait de la musique électronique une figure majeure du paysage culturel mondial. Merci la Synthpop !

Rédigé par Alexis,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *